Ne laisser personne derrière
TOP
Actualité

“L’Onu Femmes/Rdc et la Banque mondiale invitent les femmes congolaises à investir dans le capital humain”

Mmes Diarietou Gaye et Awa N’diaye Seck, respectivement directrice de la Stratégie et des opérations à la Banque mondiale et représentante de l’ONU-Femmes en RDC, ont invité les femmes congolaises à fournir un effort supplémentaire pour mériter leur place dans la société.

« Femmes et capital humain », c’est le thème exploité à la conférence de la Banque Mondiale, en collaboration avec ONU Femmes /Rdc et le Réseau des Femmes leaders Africaines. C’était le jeudi 20 juin 2019 au Pullman Hôtel de Kinshasa.

Les femmes congolaises des différentes classes sociales, ont échangé sur la question puisse qu’elles constituent un capital humain non négligeable de part leurs contributions dans le développement socioéconomique de la République Démocratique du Congo.

Mmes Diarietou Gaye et Awa N’diaye Seck, respectivement directrice de la Stratégie et des opérations à la Banque mondiale et représentante de l’ONU-Femmes en Rdc, ont invité les femmes congolaises à fournir un effort supplémentaire pour mériter leur place dans la société.

Ayant centré leurs interventions sur le plan de la Banque mondiale pour le capital humain en Afrique, les deux hôtes de la journée ont  invité les femmes à réunir leurs efforts pour faire du capital humain, la dynamique de la renaissance économique de l’Afrique, le catalyseur qui permettra aux africains de passer de la pauvreté à la prospérité.

Le capital humain est une nouvelle stratégie sur laquelle compte cette institution de Bretton Woods pour accompagner les pays africains en vue d’éliminer  la malnutrition et les retards de croissance.  Il permet aussi de développer l’accès à une éducation de qualité et de rattraper les retards liés à la santé maternelle et infantile.

Cette nouvelle Stratégie a été développée par les experts de la Banque mondiale pour accroitre les financements sur le continent, grâce à une utilisation plus stratégique des moyens financiers disponibles, tout en intensifiant le soutien aux populations vivant dans des environnements fragiles ou en situation de conflits.

Les intervenantes ont souligné que leurs institutions œuvrent à l’émancipation des femmes et des filles pour préserver et renforcer leur capital humain en accélérant la réalisation d’un dividende démographique dans leurs pays.

La ministre du Genre, famille et enfant, Chantal Safou Lopusa présente à cette cérémonie, a invité les femmes de la Rdc à ne pas baisser les bras. Elle a affirmé que le gouvernement de la République, par le canal de son ministère, ne ménagera aucun effort pour leur venir en aide dans la mesure de ses moyens.  

L’invitée spéciale de cette conférence Diarietou Gaye, Directrice de la stratégie et des opérations de la Banque mondiale pour l’Afrique, a exhorté les femmes congolaises à mettre leurs potentiels en valeur.

Pour la représentante de l’ONU femmes RDC Awa Ndiaye Seck, l’apport des femmes est très significatif et ce, dans plusieurs domaines.

A l’issue de la conférence les participantes ont pris l’engagement d’agir aujourd’hui, pas demain. Ainsi, elles doivent mettre en place des stratégies en vue de l’élaboration d’une feuille de route détaillant les actions concrètes à mener suivant les priorités du Pays.

Cette session a été très interactive et riche sur les questions liées à la promotion de la femme congolaise à tous les niveaux.

Gisèle Tshijuka/MMC


«

»

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :