Ne laisser personne derrière
TOP
Economie

“Forum National sur la santé de la Reproduction: les jeunes prennent leur destin en main”

Le 2ème forum national sur la santé de la reproduction des adolescents et jeunes tourne autour d’une thématique d’actualité s’inscrivant dans la compilation de deux objectifs, à savoir l’atteinte des objectifs de développement durable et la capture du dividende démographique.

Sur ces deux points, les jeunes ont manifesté leur engagement de s’impliquer davantage dans le combat. La cérémonie d’ouverture de ce forum a eu lieu hier, jeudi 27 décembre, au Centre international de commerce extérieur du Sénégal (Cices). Venus des 14 régions du Sénégal, les jeunes se sont engagés à atteindre les objectifs de développement durable dans le volet santé. A cet effet, ils sont tous unanimes à s’impliquer dans la promotion de la santé de la reproduction des adolescents et jeunes. A l’occasion du 2ème forum national sur la santé de la reproduction des adolescents qui s’est ouvert depuis hier, jeudi, le coordonnateur de l’Alliance nationale des jeunes sur la santé de la reproduction et la planification familiale (Anj-Sr/Pf), Ousmane Diouf a souligné : «s’il reste encore à mener de nombreux travaux de recherche, le Sénégal dispose déjà de moyens d’intervention efficaces et fondés sur des bases factuelles qui lui permettent d’agir dès à présent pour protéger et promouvoir la santé des adolescents et jeunes».

Et de poursuivre : « l’investissement dans la santé des adolescents s’appuiera sur les progrès déjà réalisés en matière de santé des jeunes enfants, les pérennisera et permettra aux adolescents de devenir des adultes en bonne santé dotés des moyens nécessaires pour apporter une contribution positive à la société». L’autre thématique qui sera développée au cours de ce forum demeure la capture du dividende démographique. Sur ce point, le représentant de l’Unfpa a souligné que le développement ne peut pas se faire sans la réduction des naissances et une prise en charge adaptée de la couche jeune.

Ainsi pour le réussir, Babacar Guèye d’avancer que les adolescents et jeunes devront s’impliquer pour une réduction de la mortalité maternelle mais aussi la promotion de la planification familiale. Pour la couche jeune, il est évident que le développement du capital humain reste une forte priorité nationale. En effet, selon son coordonnateur Ousmane Diouf, le Sénégal ne pourra s’engager sur la voie de l’émergence que lorsque les jeunes seront en bonne santé, bien informés, instruits et équipés pour contribuer au développement, d’où la capture du dividende démographique. « Le potentiel des adolescentes et jeunes ne pourra être accompli, que lorsqu’elles seront préservées des grossesses précoces, du VIH, des mariages d’enfants, des mutilations génitales féminines » a-t-il fait comprendre.

Et de se réjouir qu’un vent d’éveil de conscience et d’espoir, souffle sur le Sénégal. « En effet, les jeunes ont pris leur destin en main. Ils sont en première ligne pour la promotion des comportements sains et la lutte contre les fléaux néfastes à travers des campagnes de communication au niveau communautaire et sur les réseaux sociaux».

Pendant ces deux jours de réflexion (28 et 29 décembre), le focus sera aussi mis sur la promotion des comportements sains, le marketing social et l’offre de services mais aussi sur la question des violences basées sur le genre et l’autonomisation des filles.

«

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :