Ne laisser personne derrière
TOP
Economie

“Kolda : Le taux de contraceptive est de 21,1% dans le Fouladou”

Lors de la journée mondiale de la population, la représentante du Fonds des nations unies pour la population (Unfpa), Cécile Compaoré Zoungrana a informé que Kolda est en deçà de la moyenne nationale sur le taux de prévalence contraceptive. Ce taux se situe à 21,1% dans cette région de la Casamance.

La journée mondiale de la population a été célébrée dans la région de Kolda. Une région connue pour ses difficultés dans le secteur de la santé où la mortalité maternelle et infantile y est très élevée. Hier, la représentante du Fonds des nations unies pour la population (Unfpa) Cécile Compaoré Zoungrana, est revenue sur l’importance de la planification familiale.

«Les bienfaits de la planification familiale ne sont plus à démontrer. Les études et recherches ont montré que l’espacement des naissances est une des stratégies les plus efficaces pour réduire les décès maternels ; cette réduction peut aller jusqu’à 33% », a déclaré la représentante de l’Unfpa.

Selon elle, une femme ayant accès à la planification familiale est une dame capable de planifier sa vie.

Cela dit, elle peut recevoir une meilleure éducation, obtenir et conserver des emplois mieux rémunérés et ainsi contribuer plus activement à la prospérité de sa famille, de son pays et du monde entier. Toujours dans son argumentaire, elle indique que la planification familiale aide également à prévenir les grossesses d’adolescentes et à maintenir ces  dernières dans le milieu scolaire.

Sur ce, elle revient sur le taux de prévalence contraceptive dans la région de Kolda. « Je félicite le Sénégal pour les efforts consentis pour rendre disponibles les produits contraceptifs jusqu’au dernier kilomètre et rapprocher les services de planification familiale des populations ; De 2012 à 2017, le taux de prévalence contraceptive a presque doublé, passant de 16,1% à 26,3%, avec des disparités régionales. A Kolda, le taux se situe à 21,1% en deçà de la moyenne nationale », informe-t-elle.

Toutefois, estime-t-elle, les besoins non satisfaits en matière de planification familiale restent élevés en dépit des efforts déployés par le gouvernement du Sénégal; au cours de ces dernières années.  En 2017, près de 21,9% des femmes voulaient éviter ou retarder une grossesse mais n’avaient pas accès à la contraception moderne.

«

»

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :